Yousra Chabchoub – Enseignante-chercheure à l’ISEP

YousraChabchoubcarré

 

Qui ? Yousra Chabchoub

Mission ? Enseignante-chercheure en informatique à l’ISEP.

La Phrase : « Les entreprises cherchent aujourd’hui la mixité qui constitue une vraie richesse. La femme a donc largement sa place et son apport pour le métier d’ingénieur en numérique.  »

 

Quel est votre parcours ? 

Depuis mon jeune âge (collège, lycée), j’étais très attirée par les matières scientifiques (mathématiques, physique et chimie). J’ai donc choisi de faire une terminale S et j’ai enchaîné avec une classe préparatoire aux grandes écoles d’ingénieurs. En 2002, J’ai intégré Télécom SudParis (anciennement appelé Institut National des Télécommunications) où je me suis spécialisée en Réseaux informatiques. En dernière année d’école d’ingénieur, j’ai travaillé sur des projets innovants, encadrée par mes enseignants, et j’ai ainsi découvert et beaucoup apprécié le métier d’enseignant-chercheur. J’ai donc décidé de prolonger encore mes études de 4 années supplémentaires pour devenir enseignant-chercheur.

A partir de 2006, je me suis inscrite en master puis en doctorat en Réseaux et Informatique à l’INRIA (Institut national de recherche en informatique et en automatique). Le travail accompli pendant ma thèse comporte une partie théorique (recherche bibliographique, conception de modèles) et une partie expérimentale (exemple : tester des méthodes qui détectent les attaques dans le réseau d’Orange). J’ai ainsi obtenu, en 2009, mon diplôme de docteur en informatique et réseaux de télécommunications.

Ensuite j’ai occupé un poste d’ingénieur de recherche (postdoc) à Télécom ParisTech, pendant 9 mois. J’ai collaboré pendant cette période avec des chercheurs d’EDF autour de projets innovants qui concernent les nouveaux compteurs communicants « Linky ».

Enfin, j’ai rejoint l’ISEP en 2010 pour un poste d’enseignant-chercheur en informatique et réseaux. J’apprécie beaucoup la diversité des missions qui me sont aujourd’hui confiées à l’ISEP : enseigner, suivre, encadrer et orienter les étudiants, assister à des soutenances de stages, participer à la vie de l’école (journées portes ouvertes, salons), monter des projets de recherche, encadrer des doctorants, publier mes travaux de recherche… Mes jours de travail à l’ISEP se suivent mais ne se ressemblent pas.

Etre une femme a-t-il à un moment constitué un frein dans votre choix professionnel ?

Non pas du tout. Mon choix professionnel a été complètement orienté par mes envies, mes préférences et mes compétences. Être une femme n’a jamais été un frein à mon projet professionnel.

Avez-vous subi le poids des stéréotypes ? 

Dans mon milieu professionnel je n’ai jamais été confrontée aux stéréotypes.

Que diriez-vous à une jeune fille pour qui ingénieur et numérique sont deux secteurs d’hommes ? 

Dans les métiers d’ingénieur, en particulier dans le domaine du numérique, la femme n’est pas encore aussi présente que l’homme. Mais elle est de plus en plus représentée ces dernières années. Le métier d’ingénieur dans le domaine du numérique est très large et regroupe plusieurs spécialités, appelées parcours à l’ISEP, par exemple : Architecte Systèmes d’Information, Ingénieur Numérique et Santé, Ingénieur Business Intelligence, Architecte Systèmes de Télécommunications Sans Fil… L’ingénieur doit certes avoir une base technique assez solide, mais, pour bien réussir sa carrière, il a aussi besoin d’autres compétences comme la communication, le travail en équipe et la conduite de projet. Tout comme les garçons, les filles peuvent très bien acquérir assez rapidement les compétences basiques, les faire évoluer pendant tout le cycle d’ingénieur et les mettre en valeur en entreprise suite à l’obtention du diplôme. Une femme, ingénieur en numérique, peut choisir de faire son métier dans le domaine d’application qui l’intéresse comme la santé, la finance, l’assurance ou autre. Elle peut aussi faire ses preuves et avoir rapidement des responsabilités importantes en entreprise. Les entreprises cherchent aujourd’hui la mixité qui constitue une vraie richesse. La femme a donc largement sa place et son apport pour le métier d’ingénieur en numérique.