Mathilde Aubinaud – La Saga des Audacieux

Qui ? Mathilde Aubinaud

Mission ? Enseigne la Communication et la Communication Politique. Fondatrice de « La Saga des Audacieux » . Contributrice à Forbes.fr

La Phrase : « Le combat féministe doit se poursuivre dans la continuité de ce qui a été mené par les précédentes générations. »

Pouvez-vous nous présenter la Saga des Audacieux ?

La Saga des Audacieux est un média sur le leadership. Après avoir écrit pour plusieurs journaux pendant mes études, j’ai décidé de raconter des sagas et des histoires de vie de personnes qui incarnent l’audace. Ce sont des décideurs, dans les champs de l’entreprise, de la culture ou de la politique, qui portent la valeur de l’audace.

Comment choisissez-vous vos audacieux/ audacieuses ?

Ce sont des personnes que j’admire pour ce qu’elles font et ce qu’elles sont. Par leurs prises de parole, leurs prises de risque ou leurs engagement, elles ont en commun cette volonté de poser un oui. Elles ont de hautes fonctions et responsabilités et ont cette attention à ne pas demeurer dans une zone de confiance.

Vous êtes ambassadrice de la Journée de la Femme Digitale, êtes-vous féministe ?

La Journée de la Femme Digitale qui a eu lieu le 9 mars dernier à la Cité de la mode et du design a été un événement important. Elle a fédéré un véritable élan autour des potentialités du digital pour les femmes avec un slogan qui porte « #ForABetterWorld ».

Oui, je suis féministe. J’ai rédigé un mémoire en analyse des récits médiatiques dans le cadre de mes études portant sur l’hypersexualisation des fillettes dans les médias. J’ai alors pris conscience de l’importance de l’imaginaire et des cadres normatifs qui étaient bien souvent des freins.

Le combat féministe doit se poursuivre dans la continuité de ce qui a été mené par les précédentes générations.

On sait que l’éducation joue un rôle fondamental dans la transmission des stéréotypes, pensez-vous que les garçons sont plus poussés à l’audace que les filles ?

Je pense qu’en grandissant, les stéréotypes se figent et que trop souvent les jeunes filles ne s’autorisent pas à être audacieuses. L’école, le collège et le lycée ont un vrai rôle à jouer en ce sens pour sensibiliser les élèves. Filles et garçons doivent s’autoriser à avoir cette part d’audace.

Quels conseils donnés par vos audacieux/audacieuses vous semblent fondamentaux pour celles et ceux qui commencent leur vie professionnelle ? 

Je me souviens des propos de Gérald Karsenti qui évoque « l’audacieux qui bouscule et qui prend les personnes à contre-courant ».   Nicolas Bordas nous rappelle la magie du « et si ». Autant d’opportunités de s’autoriser à dépasser les cadres et à suivre son intuition en se disant que c’est possible.