Mary Jackson (1921-2005) – Informaticienne et ingénieure aérospatiale

Née en Virginie, cette jeune américaine excelle à l’école dès son plus jeune âge. Elle s’inscrit alors à l’université de Hampton où elle obtient en 1942, une licence en mathématiques et sciences physiques. Durant ses années d’études et à une époque où la ségrégation raciale fait rage aux Etats-Unis, elle intègre la seule société étudiante créée par des lycéennes afro-américaines, Alpha Kappa Alpha.

A la fin de sa licence, elle accepte le poste de professeure de mathématiques dans une école noire du Maryland où elle soutiendra beaucoup de ses étudiants dans la création de leur propre soufflerie. Avant d’intégrer la NACA (l’ancêtre de la NASA), elle occupera les emplois de bibliothécaire ou encore de secrétaire.

En 1951, elle intègre le groupe de calculatrices « West Area Computers », composé uniquement de mathématiciennes afro-américaines, dirigé par Dorothy Vaughan au sein du centre de recherche de Langley. Elle s’intéresse de plus en plus à l’ingénierie et souhaite en faire son métier. Mais pour cela, elle doit intégrer une université réservée aux blancs. Elle obtient la fameuse dérogation, réussit sa formation en 1958 et devient ainsi la première femme noire ingénieure à la NASA. Ingénieure active, elle publie ses résultats de recherche et rédige beaucoup d’articles scientifiques. Ce qui lui permet, au bout de quelques années, d’être promue pour travailler avec les officiers mécaniciens navigants.

N’oubliant jamais ses origines et convictions, Mary Jackson continuera à aider les femmes et les minorités à avancer en leur donnant des conseils de carrière ou en témoignant de son expérience de mathématicienne puis d’ingénieure. Après 34 ans de carrière à la NASA, elle atteint le plus haut grade d’ingénieure possible sans devenir dirigeante. Elle décidera de retourner à Langley pour faire changer les choses et mettre en valeur les femmes et minorités qui excellent dans leur domaine. Pour cela, elle accepte une diminution de salaire et intègre le département de l’égalité des chances, un programme qu’elle dirigera jusqu’à sa retraite, en 1985.

L’actrice américaine Janelle Monae incarne son rôle dans le film Les Figures de l’ombre adapté au cinéma en 2017.

Source : Wikipédia