Jeanne Villeneuve – Marraine du projet #RechercheMarraines

Qui ? Jeanne Villeneuve

Mission ? Responsable des Olympes de la parole organisé par l’AFFDU ; Future marraine du projet #RechercheMarraines

La Phrase « Mes motivations pour rejoindre une telle initiative sont celles de la transmission de ma connaissance technique à la jeunesse. »

 

Vous faites partie des marraines qui ont décidé de s’engager pour notre projet #RechercheMarraines qui prendra effet durant la fameuse semaine du stage de 3e. Pouvez-vous vous présenter ainsi que le poste et les missions que vous confierez au jeune stagiaire ? 

Après des études de sciences économiques, lettres modernes, et histoire de l’art, j’ai présenté le concours pour être conservatrice de musées. J’ai exercé ce métier dans différents musées avec des collections diverses du moyen-âge à l’art contemporain.

Aujourd’hui je défends des artistes issus du mouvement de l’abstraction et présente des expositions dans différents lieux ; Je suis aussi présidente d’une association : l’Association Quartier Breteuil.

Le poste que je confierai au jeune stagiaire dépendra donc de ses motivations, de ses envies, de ses goûts:

  • soit il m’aidera dans la future exposition que je souhaite monter dans un château de France (recherche de prestataires de services, comparaison des moins offrants etc, rédaction des cartels…) ;
  • soit il m’aidera pour l’association (défendre des projets auprès des conseils consultatifs de quartier, recherche des jeux oubliés de France, rédaction d’un article à paraître dans le journal municipal…).

Bien entendu ce jeune stagiaire en fonction de ses compétences pourra occuper les deux postes.

Quelles ont été vos motivations pour rejoindre une telle initiative ? 

Mes motivations pour rejoindre une telle initiative sont celles de la transmission de ma connaissance technique à la jeunesse, donner envie d’exercer des missions de monstration, d’écriture et de bénévolat.

Quel regard portez-vous à la fois sur l’égalité des chances pour les jeunes et sur la problématique de l’égalité femmes-hommes au sein du monde du travail, deux types d’inégalités sur lesquelles ce projet souhaite agir ?

Sur l’égalité, je suis responsable d’un concours national qui se nomme les Olympes de la parole organisé par l’Association Française des Femmes Diplômées des Universités (AFFDU). L’année dernière j’ai vu que les classes issues de milieux défavorisés n’étaient pas en reste car leur motivation pour gagner était réelle.

Il reste des inégalités mais la volonté est plus forte à qui souhaite s’en sortir. « Se donner les moyens est ma devise ». Dans la vie, les inégalités demeurent, mais il faut toujours regarder en avant, être optimiste et balayer la négativité.

Ce projet est important pour que les inégalités entre les hommes et les femmes cessent. La motivation à réussir n’a pas de sexe. A ce sujet j’inviterai le futur stagiaire à analyser le travail d’une photographe qui se nomme Valérie Jouve qui a réalisé toute une série de photos sur l’émancipation de la condition des filles dans les banlieues.

Avez-vous vécu ou constaté ces inégalités au cours de vos expériences personnelle et professionnelle ? 

Bien entendu, les inégalités dans ma profession (fort longtemps l’apanage des hommes) m’ont atteinte.

Lorsque j’étais déléguée départementale adjointe à la Fondation du Patrimoine, j’ai subi les revers de mon supérieur qui ne supportait pas que je ne sois pas soumise à ses volontés autoritaires et ridicules. Je me suis défendue dans un milieu d’hommes et j’ai capitulé car travailler dans une ambiance de guerre ne me satisfaisait pas.