Hypathie (355-415) – Mathématicienne et philosophe

Fille du mathématicien Théon d’Alexandrie, connu notamment pour son édition des Éléments d’Euclide, Hypathie née environ entre 355 et 370 à Alexandrie en Grèce. Certaines notices biographiques affirment que Théon aurait envoyé sa fille étudier en Italie et à Athènes où elle y apprendra les sciences, la philosophie et l’éloquence.

Femme de lettres et de sciences, elle dirigera plus tard l’école néoplatonicienne d’Alexandrie, au sein de laquelle elle enseigne la philosophie et l’astronomie. Professeur de renom et sage conseillère, on lui attribue un commentaire sur les Arithmétiques de Diophante d’Alexandrie et un autre texte perdu, portant sur le traité d’Apollonios de Perga sur les sections coniques. Elle est capable de construire des astrolabes et hydromètres. D’après le philosophe Damascios, elle donne des conférences publiques improvisées sur les écrits de Platon et Aristote.

Décrite comme une « femme excessivement belle et gracieuse », elle refusa cependant toute sa vie les avances des hommes, alimentant le mythe de sa virginité jusqu’à sa mort. Socrate le Scolastique décrit sa personnalité dans Histoire Ecclésiastique : « Elle ne se sentait pas non plus décontenancée à l’idée de se rendre à une assemblée d’hommes, ce qu’elle faisait toujours, sans perdre sa pudeur, ni sa modestie, qui lui attiraient le respect de tout le monde ».

En 412, l’évêque d’Alexandrie meurt de façon inattendue. C’est son neveu, Cyrille d’Alexandrie, qui reprend le flambeau et accède au pouvoir après une longue lutte face à Timothée. Il fait punir sévèrement ceux qui ont soutenu son rival et l’école d’Hypathie semble susciter immédiatement la méfiance du nouvel évêque. Malgré la grande popularité d’Hypathie, Cyrille et ses alliés tentent de la discréditer et de saper sa réputation.

En 415, elle est assassinée et lapidée par les hommes de mains de Cyrille, nouvel évêque d’Alexandrie, incités au meurtre par un religieux chrétien nommé Pierre. D’après des écrits, elle aurait été victime d’un assassinat politique dans le but de juguler son influence et non du fait qu’elle ne soit pas chrétienne. Sa mort violente provoque une onde de choc dans tout l’Empire, faisant d’elle la « martyre de la philosophie » et conduisant les néoplatoniciens à devenir de fervents opposants au christianisme.

Avec l’incendie de la grande Bibliothèque d’Alexandrie, aucun travaux d’Hypathie ne survivent. Pendant le Siècle des Lumières, elle redevient symbole de l’opposition au christianisme et au XXème siècle, elle sera érigée en icône du mouvement des droits pour les femmes aux grandes heures du féminisme.

Source : Wikipédia