Follow’Her

empowher-carré

 

 

Qui : Follow’Her (Manon Bouyala, Rachida El Hawzali, Inès Bellara et Lorélie Mani)

Mission :  Association humanitaire – contribuer à l’émancipation des femmes via le digital

La Phrase :  « La parité en entreprise représente un levier de croissance et de renouveau pour les économies  »

 

Pouvez-vous vous présenter toutes les quatre? 

Nous sommes engagées dans l’économie sociale et solidaire…

Manon est stagiaire analyste chez ENGIE Rassembleurs d’énergies, un fonds d’investissement solidaire pour l’accès à l’énergie dans le monde.
Rachida est chargée de mission à la Fondation ELLE, pour l’émancipation économique des femmes dans le monde.
Inès est stagiaire au Ministère des Affaires étrangères et du développement international en charge de la tutelle de l’Agence Française de Développement.
Lorélie est apprentie consultante en stratégie médias chez BearingPoint.

…passionnées par l’entrepreneuriat social :
Nous avons choisi de suivre des spécialisations de 6 mois au sein de la chaire entrepreneuriat social et la chaire Médias & Digital de l’ESSEC.

Nous sommes également impliquées dans le milieu associatif :
– PQPM, une association de l’ESSEC qui promeut l’égalité des chances à travers des programmes de tutorat d’un an.
– EDI, une association qui contribue au développement économique de villages andins notamment via le microcrédit et l’éducation.
– Tuong Lai, une association humanitaire qui s’engage pour le développement économique et social du Vietnam à travers l’entrepreneuriat (microcrédit) et l’éducation (bourses scolaires).

…et formées à des compétences complémentaires :
– Communication et marketing : Rachida (Fondation ELLE), Lorélie (Canal+)
– Finance et Stratégie : Manon (ENGIE), Inès (EDF), Lorélie (BearingPoint)
– Droit et entrepreneuriat : Inès (double diplôme droit)
– Social Business : Manon (ENGIE), Rachida (Comptoir de l’Innovation)
– Innovation et entrepreneuriat : Inès, Rachida et Manon via un séminaire de 6 mois de conception d’un service social innovant.
– Economie du développement : Inès (AFD), Manon (ENGIE), Rachida (ELLE)
– Conseil : Lorélie (BearingPoint)

 

Pouvez vous présenter Follow’her ?

Follow’Her est une association humanitaire qui a pour objet de contribuer à l’émancipation des femmes via le digital. Fondée en 2014 par 5 étudiantes d’HEC, l’association est pilotée en 2016 par 4 étudiantes de l’ESSEC.

Nous partons pour une durée de 6 mois à la rencontre des femmes entrepreneures sociales dans les pays en développement (Maroc, Tunisie, Iran, Afrique du Sud, Pérou, Kenya) afin de les accompagner sur les problématiques business qu’elles rencontrent dans le développement de leur projet (aide à la formalisation du business plan, étude d’opportunité, mesure d’impact, optimisation de la communication digitale) mais également afin de leur apporter de la visibilité (réalisation de vidéo-reportages sur ces actrices du changement). Notre objectif plus long terme est de créer une communauté de Follow’Her à travers le monde afin de partager les bonnes pratiques et de donner des clés pour répliquer les projets qui marchent sur de nouveaux territoires ou à plus grande échelle.

 

Pourquoi avoir choisi de reprendre le projet ?

Nous avons rencontré les créatrices de l’association lors d’un voyage d’étude sur l’entrepreneuriat social au Cambodge. Les filles nous ont présenté le projet et leur conviction profonde que les nouvelles technologies pouvaient contribuer à réduire le fossé du genre et à émanciper pleinement les femmes dans les pays en développement. Nous étions déjà sensibilisées à l’opportunité de développement que représente l’émancipation des femmes pour ces pays, et le lien avec le digital nous a paru très pertinent. En effet, plus de 80% des femmes dans les pays en développement se sentent plus en sécurité grâce à leur mobile. Et la majeure partie des femmes entrepreneures considèrent que l’accès aux nouvelles technologies constitue une source de financements considérables pour elles. Par ailleurs, aider une femme à accéder à l’indépendance économique, à l’éducation ou à de meilleures conditions de santé c’est aussi aider ses enfants, son foyer et des communautés entières.

Nous avons donc décidé de reprendre ce magnifique projet afin de continuer l’action entreprise par les fondatrices de l’association et de la pérenniser.

 

En tant que futures managers comment concevez-vous la parité en entreprise ?

Pour nous la parité en entreprise représente un levier de croissance et de renouveau pour les économies française et européennes et pas seulement dans les pays en développement.

Cela doit d’abord passer par la reconnaissance de nouveaux types de management et de nouvelles compétences. Il faut accompagner les femmes pour leur donner confiance en elles et qu’elles osent s’affirmer et s’émanciper pleinement au sein de l’entreprise.

L’idée de témoignage et de partage d’expériences de femmes ayant des parcours emblématiques est très importante selon nous. Cela donne à la nouvelle génération de femmes managers un moyen de se projeter dans des parcours réalisables et de voir que cela est possible et surtout qu’il y a de nombreuses choses à faire pour faire évoluer la situation au sein des entreprises.