Elena Cornaro Piscopia – Philosophe et mathématicienne

Elena Cornaro Piscopia (1646-1684) – Philosophe et mathématicienne

Issue de la célèbre famille vénitienne Cornaro, Elena Lucrezia Cornaro Piscopia est née à Venise en 1646. Son père, Giovan Battista Cornaro était procurateur de la basilique Saint-Pierre et son grand-père maternel, Giacomo Alvise Cornaro, était un scientifique, ami de Galilée.

Quand Giovan Battista s’aperçoit des qualités de sa fille, il favorisa autant qu’il put son enrichissement culturel et son succès auprès du public. Pour son père, il était extraordinaire qu’une femme puisse s’imposer dans le domaine des études et cela ne peut que contribuer au prestige du nom de la famille.  Consciente de son potentiel intellectuel, elle préfère cependant le calme d’une vie retirée plutôt que de faire l’étalage de son érudition dans les salons et académies. C’est à ce titre qu’en 1665, elle devient oblate bénédictine, un choix qui apparaît comme un compromis avec sa vocation religieuse : cela lui permet d’échapper à la réclusion monastique et de fréquenter le monde extérieur.

Son père tient à lui assurer la meilleure instruction. De grands noms reconnus dans leur domaine se succèdent pour instruire la jeune Elena. En 1669, désormais réputée pour ses connaissances parmi les spécialistes italiens, elle est reçue dans différentes académies : Padoue, Rome, Sienne, Brescia, Dordonei ou encore Venise. Sa renommée s’étend à l’étranger, à titre d’exemple, le cardinal Frédéric de Hesse-Darmstadt la consulte en 1670 sur des problèmes de géométrie dans l’espace. En 1670, elle est interrogée par deux érudits, Charles Caton de Court et Ludovic Espinay de Saint-Luc, qui en restèrent admiratifs.

Après qu’Elena ait soutenu en public à Venise une discussion de philosophie en grec et en latin, son père souhaite que l’université de Padoue lui accorde un doctorat en théologie. Mais le cardinal Gregorio Barbarigo, évêque de Padoue mais également chancelier de l’université, s’oppose au souhait du père argumentant « qu’il est hors de question d’accorder le titre de docteur à une femme » et que ce serait quelque chose « à nous rendre ridicules auprès de tout le monde ». Après un long conflit entre les deux hommes, un compromis est trouvé : Elena obtiendra un doctorat en philosophie. Le 25 juin 1678, Elena Cornaro Piscopa soutient sa thèse et fut accueillie dans le Collège des médecins et des philosophes des savants padouans, bien qu’une femme ne soit pas autorisée à y enseigner. Elle devient ainsi la première femme au monde à être diplômée d’un titre universitaire.

Le 26 juillet 1684, alors gravement malade, elle décède à Padoue à seulement 38 ans. Elle avait ordonné que tous ses manuscrits soient détruits au moment de son décès. De nombreux hommages lui sont rendus : statues, nom de lycées, de bibliothèques ou de rues jusqu’à un cratère sur la planète Vénus portent son nom.