Claudine Schmuck – Science Factor

c-schmuck

Qui ? Claudine Schmuck

Mission ? Porteur du dispositif Science Factor & de l’étude Gender Scan

La Phrase : « Notre expérience nous a enseigné que les rencontres et les échanges avec des étudiantes ou des professionnelles de ces filières ainsi que les mises en situation concrètes – durant lesquelles les filles peuvent s’apercevoir que leurs capacités sont équivalentes à celles des garçons – sont les dispositif les plus efficaces pour lutter contre ces barrières et faire évoluer les mentalités. »

Comment est née l’initiative Science Factor ? 

J’ai travaillé sur l’innovation d’abord en cabinet ministériel, puis chez Mc Kinsey, puis en direct report de président de groupes médias, et ensuite numérique. Je suis persuadée qu’il est fondamental que les femmes contribuent également aux innovations scientifiques et techniques de demain. Aujourd’hui cela ne marche pas : trop peu de femmes dans les formations scientifiques et technique et taux d’attrition élevé ensuite dans les emplois.

J’ai donc lancé une étude qui chaque année mesure l’évolution de la féminisation des formations et métiers scientifiques et techniques.  Cette étude identifie des leviers clés pour faire bouger les lignes en entreprise, présentation faite le 3 novembre avec Pierre Gattaz et Laurence Rossignol (cf étude et CP joints).

J’ai lancé Science Factor (qui comprend un concours et des rencontres) pour mobiliser les adolescent-e-s vers ces filières, avec le parrainage du Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Pouvez-vous nous présenter le dispositif ? 

Science Factor est un dispositif national en deux volets :

– Le concours Science Factor qui récompense le meilleur projet d’invention ou d’innovation utile que les collégien-ne-s et lycéen-ne-s souhaitent développer en équipe (pilotée par une fille). Aujourd’hui, Science Factor est le seul concours à caractère scientifique et technique auquel les filles participent autant que les garçons.

– Des journées de rencontres organisées dans toute la France, qui ont pour objectif de promouvoir les sciences et technologies auprès des jeunes. En 2015, ces rencontres se sont tenues dans des lieux tels que : CCSTI, universités, FabLabs, lieux d’innovation des partenaires Science Factor (Orange Labs), ce qui a permis d’accueillir près de 1000 élèves. Dans ce cadre, un site est invité à accueillir une ou plusieurs classes d’élèves et permettre à des étudiant-e-s et professionnel-le-s de présenter leurs activités aux enfants.

C’est l’une des observations de l’enquête PISA 2015 : en France les filles réussissent aussi bien que les garçons en sciences. Mais elles prennent beaucoup moins de plaisir à étudier cette discipline. On le voit, malgré les différentes initiatives pour inciter les filles à se tourner vers les sciences, elles ne semblent pas y trouver un intérêt, à quoi pensez-vous que ce soit lié et quelles solutions trouver pour y remédier ? 

Gender Scan, la dernière étude publiée par Global Contact sur la mixité et les femmes dans les métiers de l’innovation.

La « panne » de mixité ne semble pas provenir d’un manque d’intérêt de la part des jeunes filles pour ces filières, ni de résultats plus faibles, comme le souligne l’étude PISA 2015, mais plutôt d’un manque de confiance en soi, de stéréotypes encore trop présents qui les conduisent à s’exclure de filières d’avenir, et de façon générale un manque de « sens », un manque de compréhension de la finalité. Les stéréotypes renforcent le fait que les filles lors de l’orientation sont plus centrées sur « à quoi ça sert », les garçons un peu plus  sur  » la fonction, la rémunération, le statut ».

Notre expérience nous a enseigné que les rencontres et les échanges avec des étudiantes ou des professionnelles de ces filières, ainsi que les mises en situation concrètes, durant lesquelles les filles peuvent s’apercevoir que leurs capacités sont équivalentes à celles des garçons, sont les dispositif les plus efficaces pour lutter contre ces barrières et faire évoluer les mentalités.

C’est la raison pour laquelle Science Factor se décline en un concours qui récompense les projets d’innovation citoyennes (des projets ou les équipes nous racontent l’histoire d’innovations utiles, des innovations qui ont du sens) et des rencontres.