Catherine Reichert – Vice-présidente Communication ONU Femmes France

Qui ? Catherine Reichert

Mission ? Vice-présidente Communication de ONU Femmes France

La Phrase « Nous vivons encore dans des sociétés très patriarcales qui véhiculent de nombreux clichés sur ce que sont les femmes et les hommes. Par exemple, les femmes sont sensibles, les hommes sont forts… »

 

Catherine Reichert, vous êtes une spécialiste de la communication et du marketing pouvez-vous nous parler de votre carrière ?

J’ai effectué l’essentiel de ma carrière au sein de groupes internationaux du monde tech et digital. Après des études au CELSA, j’ai fait mes armes dans des fonctions de marketing et communication pour des groupes anglais et chinois de produits électroniques grand public. En 2004, j’ai pris le train du digital : Monster puis Yahoo où je dirigeais la communication pour l’Europe de sud. Yahoo a été une expérience extrêmement dense et intense où j’ai réalisé un travail de re-positionnement et de re-dynamisation de marque. J’ai ainsi participé au lancement de plus de 80 produits en moins de cinq ans. En interne, nous avons vécu une véritable révolution culturelle. Nous avons remis à l’ordre du jour la culture de l’innovation, du risque et du résultat. Autant de changements que j’ai accompagné au niveau de la communication tout en tenant compte des différences culturelles de chaque pays. Travailler avec des équipes internationales implique de s’ouvrir à d’autres modes de pensées et fonctionnements. C’est passionnant ! J’aime également le rythme rapide de l’univers digital qui demande adaptabilité et agilité. Ces expériences ont nourri mon esprit intrapreneurial. De là à l’entrepreneuriat, il n’y avait qu’un pas ! Aujourd’hui, je travaille à mon compte. J’interviens auprès des marques pour les accompagner dans leurs stratégies de communication, notamment liées au digital.

Vous êtes fortement engagée dans l’égalité femmes-hommes – entre autres vous avez été Directrice de la communication de La journée de la Femme Digitale et aujourd’hui VP communication d’ONU Femmes France – d’où vous vient cet engagement ?

Depuis toute petite, j’ai toujours été en quête de justice ! Aujourd’hui encore, l’injustice me révolte. La situation de millions de femmes et de filles dans le monde est inacceptable. Les chiffres sont édifiants : 1 femme sur 3 victime de violence physique ou sexuelle (OMS 2013) ; 4 filles sur 10 mariées avant l’âge de 18 ans dans certains pays d’Afrique (UNICEF 2018). En termes d’égalité femmes/hommes, l’écart mondial entre les genres se creuse. Selon le World Economic Forum, l’égalité entre les genres sera atteinte dans 100 ans… si tout va bien ! (WEF 2017). Comment ne pas réagir ? Je suis persuadée que nous avons tous et toutes le pouvoir de changer le monde. Cela commence par une prise de conscience qui se transforme ensuite en action. C’est ce que je fais à travers mon métier et dans mon engagement de citoyenne. En tant que communicante, je suis convaincue du rôle stratégique que joue la communication dans la transformation de la société et des entreprises. J’agis ainsi dans le cadre de différents réseaux féminins : Toutes Femmes Toutes Communicantes, le JFD Club, le médiaClub’Elles, et bien sûr le comité ONU Femmes France dont  je suis également membre du Conseil d’administration. Je crois à la sororité, basée sur l’échange, l’entraide et la bienveillance. Je crois également aux rencontres avec des personnalités inspirantes qui ouvrent le champ des possibles. C’est une façon positive de faire évoluer la place des femmes dans le monde.

Où résident pour vous les racines des inégalités H/F ?

Sans rentrer dans une analyse socio-culturelle, les inégalités femmes-hommes remontent très loin et ont des origines diverses (culturelles, religieuses…). Nous vivons encore dans des sociétés très patriarcales qui véhiculent de nombreux clichés sur ce que sont les femmes et les hommes. Par exemple, les femmes sont sensibles, les hommes sont forts ; les garçons sont bons au foot, les filles aiment la danse ; les filles sont littéraires, les garçons scientifiques… Tout au long de notre vie, nous sommes soumis à des injonctions qui nous enferment, femmes comme hommes, dans des rôles attendus et normés. Les clichés et stéréotypes sont difficiles à déconstruire car profondément ancrés dans nos mentalités et nos systèmes de valeur. Cela demande un long travail pour laisser place à de nouveaux modèles basés sur l’égalité et la liberté de choix.

Pouvez-vous nous présenter les actions de ONU Femmes France ? 

Le Comité ONU Femmes France est une association créée en 2013. Il représente en France ONU Femmes, l’agence des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes. Le Comité remplit une mission sensibilisation et de plaidoyer en faveur des droits des femmes et de la promotion de l’égalité femmes/hommes et une mission de levée de fonds auprès des institutionnels, des entreprises et du grand public au profit des programmes ONU Femmes dans près de 100 pays. Pour cela, nous travaillons essentiellement sur quatre axes : le leadership politique, l’autonomisation économique, les violences faites aux femmes et l’aide aux femmes en situation d’urgence. Nous venons ainsi de terminer une de nos grandes campagnes internationales de mobilisation contre les violences faites aux femmes, menée en France avec de nombreux partenaires tels que le Groupe Carrefour, le Groupe Casino, Etam, l’AFD, la Mairie de Paris et l’agence Gloryparis.

Plus d’information : onufemmes.fr

 

Dans la continuité du message porté par Catherine Reichert, voici une image qui pourrait illustrer certains de ses propos :