Next
 

Menu

La Lettre – Février 2019

L’Edito

Le 8 février dernier, Libération publiait cet article « La Ligue du LOL a-t-elle vraiment existé et harcelé des féministes sur les réseaux sociaux ? » un article qui a ébranlé le monde si parisien des rédactions et de la communication.

Misogynie, racisme, harcèlement, … les membres de ce groupe Facebook privé réunissent toutes les qualités et ne sont pas à court de méthodes (canulars, tweets, montages photo, …) pour atteindre leurs cibles.

La violence mise en place et le manque de recul (discernement ? intelligence ?) des bourreaux ne cessent d’interroger :  de quoi s’agit-il réellement ? D’un entre-soi qui aboutit à un sentiment de toute puissance ? De choisir de se servir d’une technologie (les réseaux sociaux) que l’on maîtrise pour détruire au lieu de construire ? De la peur de l’Autre ?

Ou est-ce un signe supplémentaire « de la méchanceté des temps » ?

Car cette affaire ajoutée à toutes celles qui se produisent ces derniers temps est une preuve supplémentaire que c’est la société entière qui est traversée par la haine et la violence. Ici c’est un philosophe juif qu’on insulte, là ce sont des couples homosexuels qu’on agresse, là encore ce sont des femmes que l’on brise… Quelles que soient les armes choisies (tags, insultes, profanations, tweets, …) où que l’on regarde aujourd’hui, on ne peut s’empêcher de trembler pour l’Autre.

« Nous » semble un pronom que certains renient et témoin de violence, on le voit se décomposer sous nos yeux. Il est ébranlé ce « nous » qui nous a permis d’être ce que nous sommes individuellement et comme un tout. La consistance de ce « Nous » – qui fait que nous sommes une société –  s’étiole. Alors comment répondre ?

Il n’est pas de petites infamies, il n’est pas de petites méchancetés comme il n’est pas de petites actions, de petites réponses. Chaque individualité est responsable de ce « Nous ». Nous sommes tous les défenseurs de l’Autre. Et il n’est pas encore trop tard, il est encore temps d’agir, de s’unir et de reconstruire.

Et “Aux temps obscurs, nous répondrons par la plus grande espérance”*

*Les Potentiels du temps, art et politique, Camille de Toledo, Aliocha Imhoff et Kantuta Quiros

Histoire : les femmes de sciences

Julie-Victoire Daubié fait partie de ces rares femmes qui ont su, à leur époque, faire bouger les lignes : elle est la première femme bachelière de France puis, quelques années plus tard, elle deviendra la première femme licenciée ès lettres. Visant toujours plus haut, c’est en tant que doctorante qu’elle entamera la rédaction de sa thèse, qu’elle ne terminera jamais, emportée par la tuberculose.

Découvrir

 

Les portraits

 

Qui ? Elisabeth Azémard

Mission ? Développeuse web junior chez Brains Agency

La Phrase « En première année de Mastère, nous sommes 4 filles sur une classe de 23, et il paraît que c’est un record pour la filière ! »

 

Lire l’article

 

Qui ? Maïlys Derenemesnil

Mission ? Chargée de mission Égalité femmes-hommes et non discrimination à l’Université Paris Nanterre

La Phrase« Bien qu’une mobilisation semble cruciale à destination notamment des responsables associatifs qui n’ont pas toujours conscience de l’impact de certaines représentations qu’ils véhiculent, il me semble que les étudiants sont, pour la plupart, sensibles au contexte national et international qui pointe l’urgence de s’emparer de ces questions. »

 

Lire l’article

 

Qui ? Fabienne Billat

Mission ? Conseillère  en communication et stratégie digitale, fondatrice de la délégation Femmes du Numérique Lyon pour Syntec Numérique

La Phrase « On ne peut plus se contenter d’observation, dans un monde mobile et interactif, il faut construire sa propre dynamique. »

 

Lire l’article

 

 

Colloque Université Paris Nanterre – « Trajectoires et voix des femmes : illustrer et combattre les inégalités »

Dans le cadre de la journée internationale des femmes, l’Université Paris Nanterre organise un colloque qui se déroulera les jeudi 14 et vendredi 15 mars 2019 au sein de l’université. Deux journées placées sous le signe de la rencontre et de l’échange entre femmes issues de différents horizons. Elles partageront leurs expériences, leur regard et les engagements qui permettent de mettre en lumière les diverses réalités de violences et discriminations que les femmes peuvent subir. Par quels moyens ont-elles pu dénoncer, combattre ou s’affranchir de ces inégalités ?

Retrouvez toutes les informations et les formulaires d’inscription pour participer à cette grande rencontre placée sous le signe de la co-construction en cliquant sur le lien ci-dessous.

En savoir plus

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*