Alessandra Quadrelli – CPE LYON

Quadrelli-Alessandra-_2014_2012_2010

Alessandra QUADRELLI voyage, voyage beaucoup même. Née en Belgique, citoyenne italienne, partie étudier à l’Université du Maryland, chargée de recherche au CNRS et animatrice d’une chaire à l’Ecole Supérieure de Chimie Physique Electronique (CPE) : voilà un parcours riche qui plus que des mots, en dit long sur cette chercheuse ambitieuse.

Avant de commencer son périple à l’étranger, Alessandra QUADRELLI obtient en 1994 un master à l’Université de Pise où elle soutient son mémoire, puis un diplôme de Sciences délivré par l’Ecole Normale Supérieure de Pise.

Seulement quelques mois après sa remise de diplôme, elle obtient une bourse d’études doctorales qui lui permet d’étudier à l’Université du Maryland où elle mène sa thèse pendant quatre années. En parallèle à ses travaux de recherches, elle encadre et dispense des travaux pratiques de chimie inorganique. Ses travaux et sa pratique de l’enseignement impressionnent l’Université du Maryland : elle quitte les Etats-Unis avec deux prix décernés par l’établissement. L’un récompense son travail de chargée de TP en chimie et l’autre consacre sa thèse, considérée comme la meilleure thèse doctorale de l’année 1998 toutes disciplines confondues. Pendant son séjour, elle est membre de la société d’honneur Phi Kappa Phi, preuve s’il en est, de sa réussite sur le continent américain.

Après un bref passage par l’Institut de Chimie Quantique et Moléculaire d’Italie en 1998, direction l’Université de Cambridge où elle occupe le poste de chercheuse postdoctorale jusqu’en 2000. Grâce à une bourse européenne de recherche (actions Marie-Curie), Alessandra QUADRELLI a l’occasion de se pencher sur le champ de la chimie de clusters carbonyliques, sous le patronage des professeurs Brian JOHNSON et John Meurig THOMAS.

Sitôt ses travaux de recherche menés à bien, elle repart en Italie pour une durée de 18 mois afin d’approfondir ses recherches dans la chimie minérale. L’Université de Pise qui l’accueille pendant cette période, lui décerne en 2000 le Prix Progetto di Giovani Ricercatori.

Elle arrive finalement en France et devient chargée de recherche au CNRS, au sein du Laboratoire de Chimie Organométallique de Surface (LCOMS) qui dépend du CPE de Lyon. EN 2009, DOW France, une entreprise chimie d’envergure mondiale, lance en collaboration avec l’établissment une chaire de développement durable animée par Else Alessandra QUADRELLI.

La chercheuse est également sollicitée pour travailler sur la réalisation de « Human Ressources and Mobility Actions », le programme de mobilité des actions Marie Curie, dont elle a bénéficié lors de son séjour à Cambridge. A travers ses voyages et ses séjours à l’étranger, elle a su apporter son expérience et son vécu à ce projet européen qui permet aux jeunes chercheurs d’étendre leurs champs de connaissances, tout comme Alessandra QUADRELLI a eu l’occasion de le faire durant sa carrière.

Alessandra QUADRELLi a participé à notre table ronde « La Recherche a-t-elle un sexe ? » le 24 novembre 2014 à Lyon.